Une loi d’accès à l’information assortie de sanctions ; objet de sensibilisation dans Kicukiro

Redigé par IGIHE
Le 1er février 2018 à 05:14

Ce Mardi 31 janvier au chef lieu de District Kicukiro, le Directeur des Média près RGB/Rwanda Governance Board , M. Gérard Mbanda, invité à un séminaire organisé par le District urbain de Kicukiro, destiné aux dirigeants de district portant sur la sensibilisation à la nouvelle loi d’accès à l’information, a recommendé une bonne collaboration médias-dirigeants publics pour l’intérêt du bien public.

Ce directeur a néanmoins insisté sur le fait que cette collaboration et conjugaisons des efforts des deux parties n’enlèvent en rien le professionnalisme des médias qui doivent relever ce qui ne va pas bien dans la pratique de ces dirigeants.

"La presse est un bon indicateur de bonne gouvernance. Nous la considérons comme une passerelle entre dirigeants et dirigés. Toutes les prestations de la presse ont faites dans l’intérêt des citoyens. Il en va de même des prestations des dirigeants qui vont au service de la population. Il s’entend que nous tous visons le bien être de la même cible", a-t-il dit avant d’enchaîner :

"Il n’est pas nécessaire que dirigeants et praticiens des médias soyons amis. Mais il faut que ce que nous faisons soit professionnel et relever qu’une partie n’entrave pas les prestations de l’autre", a dit Mbanda se jetant dans un sophisme difficile établissant une sorte d’indépendance des média dans la collaboration avec les dirigeants du pays.

Entretemps, Gérard Mbanda a raillé certains dirigeants qui empêchent les citoyens de se confier à la presse alors qu’il est de leur droit de montrer à celle-ci ce qu’ils apprécient et ce qu’ils critiquent dans la gestion du bien public.

Par ailleurs, le Directeur des Médias près RGB a invité les dirigeants à ne pas esquiver les questions des journalistes en prétextant ne pas connaître la question leur posée, que la loi sur l’accès à l’information prescrit une période déterminée pour que ledit dirigeant ait donné une réponse à la personne désireuse.

Cette loi d’accès à l’information prescrit que toute personne qui ne refuserait de fournir l’information à un journaliste ou celui qui ne la lui donnerait pas dans les délais s’expose à des sanctions allant de l’amende de 100 à 500.000 frw ou d’une peine de prison allant de un à six mois (art.590).

L’art 591 de cette loi punit d’amende de 200.000 à un millions de francs ou de un à six mois de prison toute personne qui refusera de donner l’information ou qui la cachera du praticien des média.


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM

Publicité