La NEC déclare illégaux les appels à contribution pour la campagne présidentielle

Redigé par IGIHE
Le 18 avril 2017 à 12:19
Visites :
56 2

La Commission Nationale Electorale (NEC) dénonce certains individus qui ont déclaré d’eux-mêmes qu’ils brigueront la candidature présidenbtielle en août prochain et qui ont commencé à exiger des contributions des citoyens pour leur campagne présidentielle. La NEC déclare que ces activités sont illégales.

C’est le cas de Philippe Mpayimana qui, venu de France en février dernier, a demandé aux Rwandais qui le souhaitent, un mois après, en mars 2017, de lui verser des contributions pour effort de sa campagne présidentielle autant qu’ils s’acquittent de la dîme d’église ou qu’ils achètent un ticket de droit d’entrée dans un match de football.

Il a fait ces déclarations publiques avant de désigner le numéro de compte où verser ces contributions mais aussi des numéro de télephone de contact.

Un autre politicien, Dr Frank Habineza des Verts rwandais a lui aussi fait appel à contribution en Mars dernier lors du Congrès de ce parti, le DGPR (Democratic Green Party of Rwanda). Il a demandé aux Rwandais une contribution d’un milliard et demi de francs comme budget de sa campagne présidentielle.

"Ceux qui ont encore dans leurs stock des réserve de sorgho, de mais, de pommes de terre, vendez-les afin de soutenir les efforts de la campagne présidentielle. Que chacun fasse un effort de campagne pour que notre parti puisse remporter les élections d’août prochain", avait alors déclaré le Dr Frank au cours de ce Congrès qui l’a plébiscité pour représenter le DGPR en août prochain.

Du côté de la NEC, ces sorties publiques sont illégales, a dit le Secrétaire Exécutif de la NEC Charles Munyaneza.

"Premièrement, la période de dépôt de candidatures n’est pas encore venue. Elle est prévue entre le 12 et le 23 juin prochain. La liste arrêtée sera publiée le 7 juillet 2017. C’est dire que d’ici là aucun candidat n’est officiellement agréé. A celui qui s’autoproclamme candidat, ce ne sont que des souhaits. L’appel à contribution n’est pas non plus légal. Et quand bien même cela était autorisé, il y a tout une procédure à suivre", a confié à IGIHE Charles Munyaneza avant de préciser :

"Il y a une procédure de collecte de contributions venant de ceux qui soutiennent le candidat à la présidentielle ou le parti dont il est issu. Que les citoyens soient au courant que ce que ces individus leur disent est illégal. Le temps viendra pour que cela soit autorisé avec toutes les conditionnalités y relatives".

L’Appui gouvernemental aux candidats ne viendra qu’après

Le Secrétaire Exécutif de la NEC a été on ne peut plus catégorique quant à l’appui financier du Gouvernement aux candidats :

"Le Gouvernement n’octroi pas de soutien financier aux candidats. Par contre, il débloque les fonds utilisés par le candidat au prorata de scores réalisés au cours de cet exercice électoral. Il faut que le candidat ait réalisé 5% des suffrages exprimés", a-t-il dit mettant en garde les candidats qui pourront être tentés d’accepter des contributions à leur campagne électorale venues de l’Etranger, des ONGs, des Confessions religieuses ou des Institutions publiques ou parapubliques.

Une façon de dire que seul le candidat financièrement outillé pourra satisfaire aux conditions électorales prochaines ?


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM

Publicité