Kagame fait un tabac au mont Bumbogo de Gasabo : 500.000 sympathisants

Redigé par Jovin Ndayishimiye
Le 3 août 2017 à 02:36
Visites :
56 2

Très curieux de voir ce mouvement citoyen qui se porte au devant d’un Paul Kagame, homme d’Etat doublé de stratège d’un développement intégral. Point n’est nécessaire le doute. Il est parti pour sept nouvelles années de gouvernance au cours desquelles il a promis à ses électeurs qu’il n’y aura pas de répit, qu’on travaillera sans relâche jusqu’à ne plus sentir venir la fatigue, qu’on créera de nouvelles et grandes richesses et infrastructures sociales.

500.000 sympathisants estimés sont allés à sa rencontre ce mercredi 2 août sur les hauteurs de la ville de Kigali, dans le lieudit Bumbogo de Gasabo. C’est le mont Olympe de Kigali, surélevé qu’il est et pouvant abriter plusieurs centaines de milliers de manifestants.

Comment sont-ils venus ? Par quels moyens ? Qui les a alertés ? Comment ont-ils pu oublier leurs tâches quotidiennes pour mieux venir écouter le Maître Horloger du Rwanda ?

Ce sont des questions !!! Toujours est-ils que depuis une semaine, les bistrots, les bureaux, les lieux publics et même les salons d’individus, tout le monde avait soif de voir le mercredi 2 août arriver pour le dernier rendez-vous des campagnes présidentielles.

"Allô ! Salut Bucyana", Alphonse du quartier Bumbogo appelle ce dimanche 31 juillet au téléphone. ... " Tu viens au ralliement de ce Mercredi ? Dis moi où je peux acheter la meilleure vareuse à l’effigie de Kagame".

Depuis une semaine, les Kigalois préparent cet événement qui vient de se dérouler en toute discipline malgré le vacarme et le boucan qui l’a entouré.

"Les agents de sécurité invisibles étaient là, très discrets, dès six heures du matins avec les premiers arrivants", a confié un journaliste qui couvrait l’événement. Des milliers de beaux véhicules 4x4, ont été confinés dans des aires où entrée et sortie étaient soigneusement dessinées.

Le candidat FPR apparaît vers 16heures dans un cortège d’ovations sans fin, de slogans TORA TORA KAGAME (Vote Kagame), de NIWE NIWE NTAWUNDI (C’est lui et personne d’autre).

Son discours de fin de campagne est plutôt cinglant à l’encontre de "ceux-là qui ne veulent pas du bien pour le Rwanda, ceux-là qui veulent imposer la façon dont le Rwanda doit se gérer au moment où rien ne va chez eux". Il a, sans le préciser, fait allusion à une organisation d’élections qui n’ont pas donné les résultats attendus par le fait que les ’hackers’ ont dérangé les données informatiques électorales au point de fausser l’image générale de l’élection et d’aboutir à des résultats faussés.

Faisait-il allusion aux USA ? Une façon de donner un message fort aux différentes associations internationales et médias qui ne comprennent pas comment, à chacun de ses meetings, des centaines de milliers de sympathisans accueillent leur leader.

"Ils ont raisons ces Rwandais. Ils n’ont jamais eu un leader comme Kagame. Ses précurseurs ont répandu des discours démagogiques ségrégationnistes qu’ils ont
goulument gobés croyant que leur avenir sera radieux. Ils ont attendu en vain les mirages qui ne sont pas venus. Au contraire, un lot de malheurs s’est abattu sur eux. Leur ci présent Leader leur promet de profonds changements dans leurs conditions de vie à la seule condition qu’ils soient associés à cette transformation.
Très particulièrement, c’est le leader Paul Kagame qui propose et invite ses citoyens à cette association d’effort et de quantité de travail. Les citoyens sont alors fiers d’être conviés", a analysé ce fin observateur de la société rwandaise.

Ce qu’il ne dit pas c’est que la discipline sociale prescrite par l’actuel régime rwandais est différemment interprêtée par cette opinion internationale. Les uns parlent de régime de terreur, d’autres trouvent que mettre de l’ordre dans une société blessée en son for intérieur, cela demande une série de nouvelles attitudes sociales imposées qui aident les activités productrices de richesses sociales à être dynamiques. Cela a un autre effet notable ; celui d’éloigner des idéologues prônant des idées séparatistes qui font de larges échancrures dans le tissu social.

Ainsi donc, le candidat Paul Kagame affiche donc l’esprit du changement et de nouvelles orientations idéologiques positives de la société rwandaise. Et c’est tout le peuple qui le pousse dans cette entreprise. "Dussé-t-il régner à vie, pourvu qu’il ne nous décevra pas", entend-on scander dans des bars des individus de petites classes.
Une façon de dire que ce nouveau mouvement est spontané et jamais causé par un sentiment de peur généralisée que d’aucuns avancent à tort.


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM

Publicité