Kagame chez le pape François : Va-t-il y chercher la grâce divine ?

Publié par NDJ
Le 19 mars 2017 à 01:52
Visites :
56 2

Le Président Paul Kagame prend la route de Rome où il est prévu s’entretenir avec François ce Lundi 20 mars. Il y va à quelques jours de la 23ème commémoration du génocide des Tutsi de 1994, un génocide commis essentiellement dans les églises où s’étaient réfugiés les dits tutsi croyant que leurs criminels n’allaient par violer ces sanctuaires.

Il fait le déplacement de Rome au moment où de façon superficielle ou allégorique, l’église catholique rwandaise a récemment tenté de demander pardon pour les paroissiens catholiques rwandais qui se sont fourvoyés dans ces massacres de grande échelle mais cette même église n’a jamais osé se condamner elle-même pour avoir été et est le père spirituel de ces paroissiens rwandais qui étaient à plus de 90% catholiques au moment de l’organisation et de la commission de ce génocide le plus rapide et sauvage de l’histoire.

Le Président Paul Kagame qui entreprend ce voyage de Rome s’est posé, au cours du récent dialogue national,la question de savoir pourquoi l’église catholique papale n’a jamais demandé pardon pour sa responsabilité morale dans le génocide des Tutsi de 1994 surtout que certains de ses ministres qui y ont carrément factuellement trempé, au moment de comparaître devant le juge, ont été, à l’instar de feu Mgr Misago, Evêque de l’ex-Gikongoro, sud du pays, farouchement soutenus par la dite Eglise, le nonce apostolique en personne participant à toutes les séances du procès, et ont pu être relâchés quand d’autres, bénéficiant d’appui diocésien et partant papal, restent non inquiétés dans leurs nouvelles paroisses de l’exil, tel Abbé Wenceslas Munyeshyaka.

C’est dans ces circonstances incroyablement difficiles que le Président Paul Kagame va s’entretenir avec le Saint Père, François. Pourra-t-il le contraindre à changer d’orientation politique sur la question rwandaise ? Hélas cela paraît carrément impossible quand on sait le conservatisme idéologique du clérgé catholique.

Mais alors qu’est ce qui motive alors le déplacement de Paul Kagame à Rome ? Beaucoup d’observateurs interrogés se perdent dans des conjectures. L’on pense néanmoins que la question d’un abbé Thomas Nahimana qui jure rester dans les ordres tout en embrasant les Rwandais dans ses constructions politiques caverneuses et ségrégationnistes avec ses cellules secrètes de 6 membres chacunes, un abbé exilé volontaire dans la lointaine France, ne poursuit pas moins un travail de déconstruction de l’unité et réconciliation entreprise longuement et patiemment par le régime rwandais actuel.


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM

Publicité