Urgent

Gambie : Le président qui voulait gouverner pendant "un milliard d’années", a été battu

Publié par Olga Ishimwe
Le 19 mars 2017 à 01:00
Visites :
56 2

Le président gambien Yahya Jammeh, qui dirige son pays d’une main de fer depuis 22 ans, a été défait jeudi par le candidat d’une coalition d’opposition, Adama Barrow, et a accepté ce résultat, a annoncé ce vendredi 2 décembre la commission électorale, créant la surprise.

Le Washington Post rappelle que durant son long règne, Yahya Jammeh avait juré une fois de gouverner pendant "un milliard d’années, si Dieu le voulait".

Arrivé au pouvoir par un coup d’Etat en 1994, élu en 1996 puis largement réélu tous les cinq ans depuis, s’était dit certain d’une nouvelle victoire, et ses détracteurs lui prêtaient l’intention de n’accepter aucune autre issue.

Il avait prévenu qu’il ne tolérerait aucune contestation des résultats dans la rue, mais exclusivement devant les tribunaux. Et depuis vendredi matin tôt, les forces de sécurité étaient déployées en masse à Banjul, la capitale de ce petit pays d’Afrique de l’Ouest.

"Je déclare Adama Barrow légalement élu pour servir comme président de la République de Gambie", a proclamé le président de la Commission électorale indépendante, Alieu Momar Njie devant la presse, une annonce retransmise par la télévision d’Etat.

Manifestations de joie dans la capitale

Adama Barrow, un homme d’affaires, a obtenu 263.515 voix (45,5%), Yahya Jammeh, 212.099 voix (36,6%), et Mama Kandeh, ex-député du parti au pouvoir et candidat d’une nouvelle formation 102.969 voix (17,8%) à ce scrutin à un tour, a-t-il indiqué.

"Nous appelons tout le monde à respecter la paix, la tolérance et la tranquillité parce que comme vous pouvez le voir à ces résultats, nous allons avoir un changement de gouvernement", a ajouté Momar Njie.

Des manifestations de joie ont éclaté dans les rues de Banjul, selon des journalistes de l’AFP. Auparavant, le président de la Commission électorale avait jugé "vraiment exceptionnel que quelqu’un qui a dirigé le pays aussi longtemps ait accepté sa défaite".

Quelque 890.000 électeurs, sur près de 2 millions d’habitants de ce pays enclavé dans le territoire sénégalais, hormis sa façade atlantique, étaient appelés aux urnes pour départager les trois candidats, tous âgés de 51 ans, étant nés en 1965, année de l’indépendance de cette ex-colonie britannique.

Avec le Huffington Post


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM

Publicité