RUBAVU : Au GS Shwemu, certains élèves mangent à midi, d’autres les assistent

Redigé par IGIHE
Le 13 février 2018 à 12:29

Au GS/Groupe Scolaire Shwemu, en District de Rubavu (Ouest du Pays), les élèves qui ont payé les frais de restauration et la prime d’encouragement de l’enseignant mangent à l’ecole pendant que les autres restent dehors. Un journaliste de “Umuseke” a visité cet établissement pendant les heures du repas. Alors que les uns mangeaient, d’autres s’étendaient sur le terrain en causant pour tuer le temps.

Pendant qu’il causait avec eux, ils lui ont dit que même celui qui a payé une tranche n’est pas autorisé à manger. Il faut avoir payé la totalité.

Uwineza Christine a declaré à Umuseke qu’elle avait pu payer 15.000frw sur les 19.000Frw exigés mais qu’après deux semaines les autorités lui ont signifié que son argent était fini, et on l’enrayée de la liste des élèves autorisés à manger à l’école.

Ces élèves qui ne peuvent ni manger à l’école à midi, ni chez eux, disent que cela représente un gros handicap dans les cours de l’après­ midi. Un de ces enfants avoue qu’il ne peut rien entendre de ce que di tl’enseignant parce qu’il somnole. De faim !

Nshimiyimana Vincent, Directeur de l’établissement, dit qu’à voir de près ce n’est pas les moyens qui manquent à ces élèves, que ce sont leurs parents qui ne comprennent pas l’utilité pour les enfants de manger à l’école. Il reconnaît qu’il y a des conséquences négatives pour ces enfants car ils sont pris de sommeil durant les cours de l’après­ midi à cause de la faim. Et cela affecte leurs résultats en même que le taux de réussite de l’école.

Dr Isaac Munyakazi, Secrétaired’Etat chargé de l’enseignement primaire et secondaire au Ministère de l’Education, demande aux parents de comprendre cette politique de permettre à l’enfant de manger à l’école.

“Et d’ailleurs, observe le Secrétaire, le repas que l’enfant prend à la maison serait converti en son repas à l’école.”

L’équipe ministérielle a effectué une tournée d’une semaine dans les établissements primaires et secondaires en faisant une campagne de sensibilisation. Arrivée au GS Shwemu, elle a constaté qu’il y avait un problème de gouvernance et a demandé que les autorités de l’école soient remplacées par de nouvelles.

Tiré de “UMUSEKE” du 11 février 2018.


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM

Publicité