Le Gouvernement régule le commerce des denrées ; nécessité de crédits agricoles

Redigé par NDJ
Le 2 janvier 2018 à 08:47

Le Minicom régule le marché de la pomme de terre et du lait à la satisfaction générale du Ministère de l’Agriculture. La ministre Gérardine Mukeshimana fait sa déclaration au cours d’une conférence de presse qui a eu lieu en fin de semaine dernière.

Le Ministère du Commerce et Industries a sorti ce vendredi 29 décembre 2017 un communiqué fixant le prix de la pomme de terre de la production à la consommation. Il a décidé que le fermier agricole devra céder un kilo de cette denrée à 135-170 Frw, le prix variant en rapport avec la qualité de la pomme de terre. Quant au consommateur final, le prix devra osciller entre 185 et 220 Frw le Kg.

« Le Gouvernement est décidé à réglementer le commerce des denrées alimentaires. Cela a commencé par la régulation de la pomme de terre. Nous continuerons avec d’autres denrées puis le lait, la tomate, le riz, et bien d’autres », a confié la Ministre de l’Agriculture, Mme Gérardine Mukeshimana, au journal en ligne Umuseke.rw justifiant cette intervention des pouvoirs publics dans la fixation des prix des denrées alimentaires par le fait qu’il a été observé beaucoup d’indiscipline et l’escroquerie dans ce secteur.

« Nous maintiendrons un dialogue permanent avec les intervenants dans le commerce des denrées parce que l’indiscipline dans la fixation des prix de ces dernières décourage les fermiers. En effet, il ne se conçoit pas comment un fermier agricole aura dépensé 120 Frw dans la production de la Pomme de terre pour la vendre à 70 Frw. Il ne se développera pas. Et pourtant, nous avons décidé que tout citoyen doit se développer dans tout ce qu’il fait. Le fermier agricole consciencieux et actif doit vivre décemment de sa production, le commerçant aussi », a dit Mme Gérardine révoltée par l’indiscipline dans la chaîne de distribution de la pomme de terre qui faisait auparavant des heureux avec, d’autre part, beaucoup de plaintes des fermiers.

Dans sa conférence de presse, Dr Gérardine Mukeshimana a dit que le Gouvernement est décidé de réguler le marché des denrées alimentaires balayant ainsi cette histoire de faux dialogue de fixation des prix entre producteurs et distributeurs de ces denrées.

Le Gouvernement a-t-il compris la pagaille qui surgit dans le commerce quand le pays décide de ne faire régner que la loi du libéralisme économique de l’offre et de la demande ?

Avec cette tendance de réguler ce secteur, les intervenants dans la chaîne de distribution des produits vivriers vont devoir voir à la baisse les prix de ces produits à la satisfaction des consommateurs mais aussi des producteurs qui triment à perte pour les heureux distributeurs qui auront investi leurs capitaux.

Les fermiers vont également être encouragés par cette intervention étatique à contracter des crédits agricoles afin de rendre plus vibrantes leurs activités agricoles et d’élevage et ainsi bien entrer de plein pied dans la compétition économique.

Mais pour bien encourager ces fermiers agricoles, la question de la mise sur pied d’une Banque d’Agriculture pouvant accorder ces crédits agricoles se pose. Toute régulation du secteur agricole peut ne pas donner des fruits escomptés du moment qu’un tel fonds agricole étendu aux petits fermiers est inexistant.

« Pourquoi dans ce pays, une banque commerciale agricole finançant de petits projets agricoles et d’élevage des petits fermiers agricoles n’existe pas au Rwanda ? Comment voulez-vous qu’un tel petit fermier s’adonne à la production d’œufs ou de volailles ou de viande de porcs du moment qu’il n’a pas la capacité de nourrir ces petites bêtes ? », s’est plaint un fermier agricole du District Bugesera trouvant qu’au cas où des investisseurs privés trouvent risqué d’investir dans ce secteur bancaire agricole, il y va de la responsabilité de l’Etat d’initier une telle banque qui octroiera ces petits ou gros crédits agricoles quitte à aménager des delais de grâce et à des taux d’intérêt très avantageux.


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM

Publicité