L’AG des Nations Unies lève le doute sur le génocide perpétré contre les tutsi du Rwanda de 1994

Redigé par NDJ
Le 29 janvier 2018 à 06:55

Ce vendredi 26 janvier 2018, l’AG/Assemblée Générale des Nations Unies a revu la résolution 28/234 du 23 décembre 2003 consacrant la terminologie du 7 avril comme « Journée Internationale de commémoration du génocide perpétré contre les Tutsi du Rwanda en 1994 ».

L’AG a décidé par un vote où les USA et l’Union Européenne se sont abstenus d’abandonner l’ancienne terminologie de « Journée Internationale de commémoration du Génocide Rwandais de 1994 ».

Les représentants de l’Union Européenne et des USA insistaient sur le fait que cette terminologie exclut des gens appartenant aux autres ethnies qui ont perdu la vie au cours de ce génocide du siècle dernier.

L’ambassadrice du Rwanda à l’ONU, Mme Valentine Rugwabiza, a jugé importante cette rectification car elle lève l’équivoque.

“Garder la mémoire de ce génocide et l’accompagner de qualification verbale y relative, cela est très important surtout quand il est question de génocide. En effet on connaît les subterfuges qu’empruntent les négationnistes et autres révisionnistes. Une certaine opinion proche des génocidaires et les gens qui ont joué un grand rôle dans ce génocide des Tutsi recourent à l’idée qu’il y a eu deux génocides au Rwanda dans l’espoir qu’ils seront dédouanés des crimes de génocide qu’ils ont commis », a indiqué l’Ambass. Valentine Rugwabiza à cette auguste assemblée générale faite de représentants des pays du monde entier.

Il y a eu ce vendredi un débat houleux autour de la question. Certains représentants trouvaient qu’en qualifiant ce génocide de « perpétré contre les Tutsi », cela excluait d’autres composantes sociales.

« Nous commémorons la mémoire des victimes du génocide des Tutsi chaque année tout en louant la bravoure et l’humanité de tous les Rwandais qui ont été tués par les génocidaires parce qu’ils se sont désolidarisés de leurs crimes contre les Tutsi », a tenté avec succès de persuader l’audience provoquant ainsi l’adhésion au changement de la dénomination à la plupart des représentants des pays africains mais aussi des représentants d’Israël, de Philippines, du Vietnam et de la Turquie.

Kelley Eckels-Currie, le représentant américain, a décidé sans mauvaise intention de s’abstenir dans le vote car, disait-il, le changement de dénomination ne traduit pas l’ampleur de ce génocide qui a attaqué des citoyens rwandais appartenant à d’autres ethnies.
Le représentant de l’Union Européenne Eric Chaboureau qui, lui aussi, a voté abstention, a trouvé qu’il aurait fallu y avoir des pourparlers et des débats avant la séance de l’A.G.

Parlant au nom du Groupe Africain de l’AG, l’Ambass. Anatolio Ndong Mba de la Guinée Equatoriale, a dit que tant que la Communauté Internationale n’aura pas tiré une leçon de ce qui s’est passé au Rwanda, il n’est pas sûr que le « Plus Jamais » un autre génocide dans le monde ne sera pas un vain mot, que des génocides pourront surgir dans l’un ou l’autre pays du monde.


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM

Publicité