Le libéral Sebastian Piñera retrouve la présidence du Chili

Redigé par Justine Fontaine
Le 18 décembre 2017 à 06:58

Le premier président de droite à avoir gouverné le pays après la fin de la dictature a été réélu dimanche soir avec environ 54% des voix. Il bat donc assez largement son concurrent de centre-gauche Alejandro Guillier, un ancien journaliste soutenu par la coalition sortante, qui a reconnu une « défaite douloureuse »

On s’attendait à un scrutin très serré au Chili, l’ex-président Sebastian Piñera l’emporte finalement assez largement (54,57%) face à l’ancien journaliste Alejandro Guillier (45,43%), sur le dépouillement quasi total. Piñera, dixième fortune du Chili, s’est notamment enrichi en développant le système des cartes de crédit dans le pays dans les années 80. Il prépare donc son retour au palais présidentiel de la Moneda depuis qu’il a quitté le pouvoir en 2014, laissant la place à la socialiste Michelle Bachelet.

Donné favori depuis des mois, il a pourtant obtenu un score décevant au premier tour et a fait preuve d’une certaine nervosité pendant le dernier mois de la campagne. Sebastian Piñera a même modifié un peu son programme : promettant de développer la gratuité dans l’enseignement supérieur, alors qu’il s’y était opposé de nombreuses fois dans le passé, notamment lors de son premier mandat.

Selon les électeurs à qui nous avons parlé pendant la campagne et en ce jour de vote, les Chiliens ont choisi Sebastian Piñera car ils pensent que grâce à ses bonnes relations avec les chefs d’entreprises, il peut relancer l’emploi et la croissance, une croissance attendue sous les 2% cette année. Le président entrera en fonction en mars prochain.

Une « victoire large et irréfutable »

Son concurrent Alejandro Guillier a d’ores et déjà reconnu sa défaite. « Nous avons subi une rude défaite. Et c’est des défaites qu’on tire les enseignements les plus précieux. Nous devons reprendre courage et aller défendre les réformes auxquelles nous croyons, la société pour laquelle nous avons travaillé, et nous allons constituer une opposition constructive et républicaine, comme le veut notre tradition, ici au Chili », a déclaré le candidat déçu.

Alejandro Guillier a également pris soin de féliciter le nouveau président élu de « sa victoire large et irréfutable ». « Le Chili a exprimé un choix que nous devons respecter et duquel nous devons tirer tous les enseignements, a-t-il ajouté. C’est pourquoi, en cette journée douloureuse, je voudrais vous dire que ma famille et moi nous engageons à continuer de travailler pour le Chili auquel nous croyons. C’est une défaite électorale, mais ce ne sera pas une défaite politique si nous nous montrons capables de faire avancer nos forces, nos convictions, et notre engagement pour le Chili. »


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM

Publicité